Gaston R - 60 pouces de Nicolas Ridray

Bonjour,

Ayant récupéré le moule du fuselage du Gaston de Sylvain Coulomb,  je cherchais à me faire un 60” pour voler principalement sur des pentes à faible rendement et vent moyen.

J’ai donc contacté Nicolas qui m’a gentiment passé l’évolution des profils pour une aile en 2 trapèzes, sur base NM10.

Construction :

Le fuselage est moulé pour sortir un fuselage light mais suffisamment rigide. 3 couches de 120g/dm2 verre + mèches de carbone sur toute la longueur et à l’assise de l’aile. 

 

Le stab est en Dépron 3mm fibré sous vide avec une couche verre 50g/dm2 + pseudo disser carbone pour le fun.

 

Les noyaux d’aile sont découpés au fil chaud dans de l’extrudé jaune.

Les 2 trapèzes sont ajustés et collés (2 points d’Araldite rapide). Les contre dépouilles sont également assemblés.

Les noyaux sont alors stratifiés sous vide. Le lay-up choisi est constitué d’une peau en 193g/dm2 carbone  + un 50g/dm2 verre en surface.

J’ai, par habitude, fait en 2 fois ; d’abord extrados puis intrados en faisant le bord d’attaque en résine + microballons entre les 2 strat.

L’articulation des ailerons se fait par un tissu d’arrachage intégré à la stat de l’extrados. Après découpe (fullspan débouchants à 33% de la corde), le chant est renforcé par une meche carbone + fin congé de résine + microballons

Les  demi ailes sont assemblées avec 3º de dièdre par une clé en ctp puis fibrage carbone dessus dessous.

 

 

Coté radio, j’ai mis 2 Futaba S3150 aux ailerons, proche de l’emplanture et là ou l’épaisseur est maximale. Ca affleure tout juste.

Dans le fuselage j’ai mis 2 Futaba S3107 avec commandes rigides en tube carbone Ø4mm.

L’accu de réception est composé de 2 éléments Li-Ion 1100mAh en série, associés à un régulateur 5V à découpage.

Le RX est un R617FS (2.4GHz Futaba).

 

Toute la partie sous l’assise se l’aile est libre pour accueillir le ballast (jusqu’à 250g).

Le modèle prêt à voler et centré (10g dans le nez) sort à 600g tout rond.

La finition est pourrie car j'ai accumulé les problèmes (incompatibilité peinture avec la cire de démoulage, fin de bombe, aérographe qui se « suicide » en pleine peinture, dissolvant qui se renverse sur l'extrados...)

Mais structurellement c’est parfait.

En vol :

Les premiers vols ont été faits à la catapulte, faute de vent. Juste de quoi peaufiner le centrage et valider que ça vole.

Puis j’ai enfin pu tester la bête sur les « merveilleuses » pentes de catalogne


À 600g c’est limite trop léger.

En fait sur les pentes à faible rendement où je vole c’est appréciable car avec +3mm d’offset aux ailerons ça vole dans du rien.

Mais dès que ça souffle un peu ça manque sérieusement d’inertie.

Donc j’ai 150g de plomb dans le fuselage que je n’ai pas enlevé de l’été. Et je suis monté à 240g un jour de « tempête » (15-20km/h).

Avec ça c’est déjà beaucoup mieux. Il ne s’arrête plus et rebondit bien avec 2mm de snap-flap et très peu de débattement à la profondeur.

Il est très vif en roulis. Moi qui d’habitude pilote très près des neutres j’ai même mis un peu d’expo.

L’accélération n’est pas exceptionnelle (même avec -0.5mm aux ailerons) par contre la conservation de l’énergie est très bonne.

Le vol dos demande une légère action à pousser malgré un centrage très neutre. Avec un peu de snap-flap inverse, c’est mieux et on tient sans problème dans de la dynamique faible.

L’avantage du faible poids à l’atterro où on pose à la main sans problème.

J’ai d’ailleurs « innové » en testant avec ce planeur une double fonction frein sur le manche des gaz : ailerons vers le haut de 20 à 50% du manche (descente parachutale à plat) puis on repasse au neutre et ailerons vers le bas sur le bas de la course du manche (type F3K). Le bon truc serait de remettre le ressort de rappel sur ce manche mais déjà comme ça ça me plait.

Si c’était à refaire je viserais un poids à vide de 750g, ballastable 300g mini. C’est à mon avis son « poids de forme ».

Mon lay-up light (1 x 193g/dm2 carbone + 1 x 50g/dm2 verre en surface) est bien en torsion mais à la limite en flexion full ballast, un peu de ruban ou un vrai longeron n’aurait pas été du luxe. À noter pour le prochain !

Bref, une machine sympa et relativement performante pour sa catégorie. Je confirme donc que ce profil NM10 est un bon cheval.

Je vais garder ce planeur comme « teste pentes », là où la portance n’est pas forcement garantie et ou les zones d’atterro se limitent à quelques touffes piquantes entre les caillasses!

Pour faire la course et gagner les copains, je lui préfère tout de même mon Pitbull (incidence intégrale S7003 à 8%) qui n’a comme seul défaut l’allonge à l’atterro (pas de freins). Pour le reste je pense qu’il est supérieur partout (vitesse, stabilité, transportabilité…)

Nicolas Ridray

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×